Découvrez comment nous participons à la transformation du chauffage des bâtiments aujourd'hui, pour contribuer à une vie sans énergie fossile demain.

Chauffer les villes de manière durable

Vue panoramique de Londres

Chez Vattenfall, nous lançons un plan ambitieux pour chauffer les bâtiments de Londres sans combustibles fossiles. Cela vous semble impossible ? Et pourtant, d'ici les années 2040, jusqu'à un demi-million de foyers, d'entreprises et de bâtiments publics londoniens pourraient être connectés à un réseau de chaleur urbain. Cela permettrait à Londres d’éviter 4,8 millions de tonnes d'émissions de CO2 sur une période de 20 ans et ainsi de décarboner les bâtiments de Londres.

Aujourd'hui, plus de 25 millions de foyers britanniques utilisent encore des combustibles fossiles pour se chauffer, et le chauffage est responsable d'un tiers des émissions de gaz à effet de serre du pays. Tout cela pourrait changer grâce à un nouveau réseau de chaleur que Vattenfall commencera à développer en 2022 dans le sud-est de Londres. La chaleur sera fournie par le partenaire Cory, spécialisé dans la valorisation énergétique des déchets. Ainsi, dès 2024, les premiers foyers seront chauffés durablement grâce au nouveau réseau de chaleur.

Des foyers chauffés par des algues

Culture d'algues

Les algues pourraient-elles chauffer les maisons ? Ce sera le cas à partir du printemps 2022 à Gustavsberg, en Suède. Dans le cadre d'un partenariat avec AstaReal, Vattenfall fournira aux habitants de Gustavsberg plus de 20 % de leurs besoins en chauffage grâce à l'excédent de chaleur provenant de la culture d'algues d'AstaReal. Il s'agit d'un partenariat qui, de manière innovante, fournit à 2 500 nouveaux appartements une solution de chauffage plus durable.

En installant des pompes à chaleur réversibles dans l'usine d'AstaReal à Gustavsberg, il sera possible de récupérer l'excès de chaleur provenant du processus de production d'algues dans l'usine. Cela signifie que plus de 15 millions de kilowattheures de chaleur par an seront ainsi récupérés et réutilisés à Gustavsberg.

La plus grande centrale de refroidissement  de Berlin fait monter la température

Tuyaux de chauffage

À Berlin, Vattenfall Wärme et Siemens Energy testent actuellement la combinaison de la chaleur, de l'électricité et du refroidissement urbains pour réduire encore plus les émissions de gaz à effet de serre. Depuis 1997, la centrale de refroidissement de la Potsdamer Platz à Berlin alimente en toute fiabilité environ 12 000 bureaux, 1 000 appartements et de nombreuses institutions culturelles du quartier en froid produit localement et efficacement. Ce processus génère de la chaleur résiduelle qui, jusqu'à présent, ne pouvait être utilisée et était rejetée dans l’air via des tours de refroidissement.

Grâce à l'intégration d'une nouvelle pompe à chaleur haute température de Siemens, partenaire de Vattenfall, le chauffage, le refroidissement et l'électricité seront désormais combinés pour une meilleure efficacité des ressources à l'avenir. L'utilisation de la pompe à chaleur réduit considérablement les émissions et fournit un approvisionnement supplémentaire pour le réseau de chauffage urbain d'environ 55 GWh par an, ce qui entraîne une économie annuelle estimée à environ 6 500 tonnes d'émissions de CO2 et 120 000 m³ d'eau de refroidissement.

“Si nous voulons réaliser la transition énergétique dans les villes et passer progressivement au renouvelable, nous devons considérer le chauffage, le refroidissement et l'alimentation électrique de manière intégrée. C'est la seule façon d'utiliser au mieux les ressources disponibles", explique Tanja Wielgoß, présidente du conseil d'administration de Vattenfall Wärme Berlin AG.

Une énergie durable pour chauffer les foyers d'Amsterdam

Une femme traversant une rue à Amsterdam

Il n'y a pas qu'à Londres, Berlin et Gustavsberg que nous changeons les choses en matière de chauffage. Amsterdam va également connaître un grand changement en matière de chauffage durable. D'ici 2040, nous voulons fournir à Amsterdam 100 % de chaleur durable. Pour atteindre cet objectif, nous voulons construire la plus grande chaudière électrique d'Europe.

"La chaudière électrique ne s'allume que si le mix électrique est durable, avec beaucoup d'électricité d'origine solaire et éolienne. Lorsque l'énergie verte est insuffisante, les centrales à gaz de Diemen sont nécessaires pour produire de l'électricité – des centrales qui fournissent également de la chaleur de manière très efficace. Nous pensons que ces centrales à gaz resteront nécessaires dans les décennies à venir pour assurer la sécurité de l'approvisionnement aux Pays-Bas, d'abord en gaz naturel, mais plus tard en hydrogène provenant de sources renouvelables", déclare Alexander van Ofwegen, directeur de la chaleur chez Vattenfall Pays-Bas.

Avec cette nouvelle chaudière électrique, nous espérons pouvoir fournir environ 15 % de la chaleur dans la région d'Amsterdam provenant de l'énergie renouvelable issue de l’éolien et du solaire.

Voir aussi