Découvrez comment nous participons à la transformation de l'aviation aujourd'hui, pour contribuer à une vie sans énergie fossile demain.

Amener le carburant durable d’aviation au niveau supérieur

Un enfant regardant les avions dans l'aéroport

En collaboration avec Shell, LanzaTech et SAS, nous étudions la production d'électrocarburant. Il s’agit d’un carburant synthétique pour avion à faibles émissions qui sera produit à partir d'électricité décarbonée et de dioxyde de carbone recyclé provenant du chauffage urbain. C’est un changement important par rapport à l'utilisation de matières fossiles vierges dans le processus de production et l'une des façons dont nous voulons aider tout le monde à prendre l’avion la conscience tranquille.

« Le carburant durable d’aviation offre le plus grand potentiel de réduction des émissions de secteur. Ce n'est qu'en travaillant ensemble aujourd'hui dans tout l'écosystème aéronautique pour stimuler les technologies et les infrastructures nécessaires à la production de carburant durable d’aviation à grande échelle que le secteur de l'aviation pourra atteindre le zéro net d'ici 2050. C'est pourquoi je me réjouis de cette collaboration qui permet d'explorer une voie supplémentaire pour sa production », déclare Anna Mascolo, présidente de Shell Aviation.

Vers des vols plus durables

L'objectif de la collaboration entre Shell, LanzaTech et SAS est l’installation d’un nouveau site capable de produire jusqu'à 50 000 tonnes de carburant durable d’aviation synthétique par an. Grâce à la technologie LanzaJet "Alcohol to Jet", qui permet de produire de l'électrocarburant avec de l'électricité décarbonée et du dioxyde de carbone récupéré, c'est désormais possible.

Cette technologie a été mise au point par LanzaTech et le Pacific Northwest National Laboratory (PNNL) du ministère américain de l'énergie. La nouvelle installation de production pourrait fournir à SAS jusqu'à 25 % de sa demande mondiale de carburant durable d’aviation dans les années 2030.

Un ciel bleu en vue

Un avion

Le projet semble très prometteur, et toutes les entreprises partenaires ont accepté de procéder à des analyses approfondies des résultats. L'objectif est de créer une nouvelle installation de production d'électrocarburants entre 2026 et 2027.

«Le monde de l'aviation est confronté à d'incroyables défis pour obtenir les volumes de carburant durable d’aviation nécessaires. Ce projet va rendre cela possible et, en réutilisant le dioxyde de carbone et l'énergie décarbonée, nous avons la possibilité d'atteindre un niveau sans précédent. Nous devons repenser le carbone et, avec l'énergie non fossile, l'exploiter pour créer un nouvel avenir sans danger pour le climat », a déclaré Jennifer Holmgren, PDG de LanzaTech.

C'est un excellent début pour les vols durables. Mais ce n'est pas la seule bonne nouvelle en matière d'aviation durable.

Des vols décarbonés au départ d’un aéroport décarboné

Intérieur d'un aéroport

Nous avons également entamé une collaboration de recherche avec LFV en Suède, afin de franchir de nouvelles étapes pour un secteur des transports décarboné. L'objectif de cette recherche est de développer conjointement le concept d'un aéroport décarboné.

“En collaboration avec LFV, nous voulons trouver des solutions et installer des infrastructures de recharge pour permettre une transition complète vers les véhicules électriques - à destination, en provenance et à l'intérieur de la zone aéroportuaire et, à terme, également pour les avions à propulsion électrique. D'autres solutions peuvent inclure la mise en place de panneaux photovoltaïques et de batteries permettant un accès rapide à l'électricité lorsque le client en a besoin”, explique Maria Lindberg, responsable du transport lourd chez Vattenfall Network Solutions en Suède.

Voir aussi